Apprendre le coréen: regarder, écouter, comprendre

Apprendre une langue pas à pas

J’ai commencé à apprendre le coréen depuis bientôt 10 mois, avec la méthode d’apprentissage Assimil:
J’apprends le coréen avec Assimil – niveau débutant
Cahier d’écriture Assimil: Coréen les bases
À côté, ce qui m’aide bien, c’est d’entendre les voix et les accents « en vrai ». Mon oreille s’ouvre aux sonorités, apprend à reconnaître les mots et les tonalités.

Les séries en Version Originale Sous-Titrée

Tout d’abord en regardant des films/ dramas en ligne, en VOST. J’utilise deux canaux: Netflix et Viki.
Netflix nécessite un abonnement. Il n’y a pas de coupures publicitaires et les sous-titrages sont faits par des professionnels. On n’a pas de visibilité sur les dates auxquelles les licences expirent et les séries sont retirées de la plateforme.
Viki est en gratuit avec des coupures publicitaires, ou en abonnement sans publicité. Les traductions y sont faites par des équipes de bénévoles. Même si une série est disponible, il faut attendre que les bénévoles aient terminé les traductions pour pouvoir la regarder.
Les deux systèmes, Netflix et Viki, se complètent bien.

La question des sous-titres

L’inconvénient des traductions par les bénévoles est qu’ils sont parfois trop concentrés sur le mot à mot plutôt que sur le sens de la phrase, ce qui peut donner des sous-titrages à rallonge qu’on n’a pas le temps de lire. A contrario, les traductions par les professionnels tiennent compte du temps de lecture. Par contre les bénévoles expliquent certains mots ou expressions, ce qui permet ponctuellement une meilleure compréhension des contextes.

Et maintenant… avec les images, mais sans les sous-titres

Après des centaines (milliers?) d’heures de visionnage de VOST, j’ai relancé une série que j’avais déjà regardée (et adorée), mais cette fois-ci sans les sous-titres. Honnêtement, c’est super positif. Même s’il y  a au moins 80% du texte que je ne saisis pas, chaque mot, chaque phrase comprise est une grande satisfaction pour mon égo. Ayant déjà vu la drama, je suis moins distraite par l’intrigue, et n’ayant pas besoin de lire, je me concentre mieux sur la langue, que ce soit les mots ou les structures grammaticales. Je pense que cela m’aide à progresser.

La musique

Les chanteurs coréens articulent très bien. Que vous soyez kpop, rock ou trot, en farfouillant sur YouTube vous pourrez trouver de quoi entrer dans cet univers. Pour les paroles, il y a des sites, comme par exemple klyrics, qui vous donnent le texte en hangeul, en translitération et en anglais. C’est un très bon exercice de lecture d’arriver à lire le hangeul aussi vite que le chanteur!

Klyrics: https://klyrics.net/

Sans les images?

Récemment, je suis aussi passée à l’écoute de stations radio coréennes, disponibles par le net. Là c’est vraiment difficile. Je n’ai rien à quoi me raccrocher, ni images ni contexte. Je peux vous dire que chaque fois que je comprends ne serait-ce que la thématique d’une émission, c’est des sauts de joie et d’auto-félicitation.

Même si, évidemment, pour progresser encore mieux, il me faudrait trouver un locuteur natif avec lequel échanger, la télé et la radio me sont des supports pédagogiques d’une grande aide, et je ne peux que les conseiller.

Phase suivante: parler. Work in progress

Partager

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *