Vagabond 배가본드

Vagabond 배가본드

Vagabond, drama en 16 épisodes, 2019

Le pitch:

Cha Dal-geon a élevé seul son neveu orphelin. Lorsque celui-ci meurt dans un crash d’avion en se rendant à une compétition sportive, Cha Dal-geon est éperdu de douleur. Il veut connaître la vérité.
Quand sa piste le mène sur une hypothétique attaque terroriste, des histoires d’argent, d’armement et de politique, il devient comme fou et n’aura de cesse jusqu’à ce que la vérité éclate au grand jour, même si personne ne veut le croire.
Du côté du NIS (renseignements généraux coréens), l’enquête s’oriente vers une défaillance technique. Sauf pour l’agent Go Hae-ri qui commence à croire que Cha Dal-geon n’est pas qu’un gros mythomane.
Attention, ça va déménager!

Mes remarques, avec spoilers:

Lee Seung-gi, ça pulse!

Ça pulse dites donc! C’est sûr, Lee Seung-gi a dû prendre des barres vitaminées pour survivre au tournage. Il court. Il court encore. Et vite. Sinon il saute de toit en toit. Il se prend des pains dans la tronche. Pour changer il dérouille et dérouille encore. Il tape, il hurle. Ou alors il pleure et il crie. Hé bé! Il est sous tension en continu. Une très belle performance d’acteur. J’adore.

En plus, Lee Seung-gi est capable de faire passer beaucoup de choses dans son regard. Il n’a pas besoin d’ouvrir la bouche pour qu’on entende par exemple: « Toi, je vais te défoncer la tronche et tu vas le sentir. »
Par moments, Lee Seung-gi se met à hurler ou à courir comme un dératé, et avec mon mari on se regarde, et on dit en riant: « Oh, oh, il va encore faire son Cha Dal-geon! »
Et ça ne loupe pas!

Plein de méchants

Pour amener un peu de douceur, heureusement qu’il y a Go Hae-ri pour lui faire le sourire qui détend. Le duo des deux acteurs fonctionne très bien. Les autres sont aussi au top. Mes chouchous sont le psychorigide Gi Tae-woong (Shin Sung-rok), qui arrive à se promener avec un balai dans le c** du début à la fin, même un flingue à la main, le gars du NIS Kang Joo-chul (Lee Ki-young) et le gentil gros pote du judo (Go Kuy-pil).

De manière globale, après un début un peu lent à mettre en place, on est à fond dans l’intrigue. J’irai jusqu’à dire parfois un peu trop; le méchant démasqué, on passe au super-méchant, puis au super-super méchant… C’est assez touffu au niveau de l’intrigue, de qui trahit qui, qui se retourne contre qui, qui n’est pas celui dont il a l’air, et jusqu’au bout il est difficile de savoir qui joue à quel jeu.

Comme les scénaristes n’ont pas fait l’impasse sur la scène de la douche, c’est évidemment le Dieu de la guerre Lee Seung-gi et ses abdos qui s’y colle. No comment.

Un dernier épisode qui interroge

C’est vraiment une super série d’action, avec des explosions, des mecs qui défouraillent dans tous les sens, et de belles scènes de combats. Mais j’ai quand même un petit quelque chose en travers de la gorge à cause du dernier épisode. Clairement taillé pour introduire une saison 2, il y avait moyen de faire autrement que ces alliances plus que contre nature et cette transformation du chevalier blanc Cha Dal-geon en type qui se salit les mains pour atteindre son objectif (tuer le super-super-super méchant). Ma mère m’a toujours mise en garde: qui se mélange au son est bouffé par les cochons. Je crois que le Cha Dal-geon devrait écouter ma mère.

Allez, courage les scénaristes, repartez d’un bon pied si vous lancez une saison 2!

Acteurs :

Cha Dal-geon : Lee Seung-gi 이승기
Go Hae-ri : Bae Suzy 배수지
Gi Tae-woong : Shin Sung-rok 신성록

Plus de Vagabond sur le net

Sa page sur Wikipedia (en anglais): https://bit.ly/38CUiPE
Sa page sur SBS (en coréen): https://bit.ly/3lvdWAA

Interview

Behind the scenes

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *