Sky castel - JTBC

Sky castle – SKY 캐슬

(Last Updated On: 14 novembre 2021)

Sky castle est un drama de 2018-2019, en 20 épisodes.

Le pitch:

Dans une résidence privée huppée faisant office de logements de fonction, Sky castle, vivent des familles du milieu hospitalier toutes plus ambitieuses les unes que les autres. Poussé comme symbole paroxystique de la réussite sociale, les excellents résultats des rejetons pour leurs études et leur entrée en faculté de médecine sont en point d’orgue de la guerre larvée qui est menée.
Lorsqu’un des enfants réussit avec succès son examen d’entrée et que sa mère se suicide dans la foulée, c’est l’incompréhension. L’arrivée d’une nouvelle famille et l’enquête des résidents pour découvrir la raison de ce drame commence à faire vaciller le château.

Mes remarques, avec spoilers:

Quel excellent drama! Sky castle est purement addictif. La rouerie de certains personnages est tout simplement bluffante, le scénario fameux. Je suis passée d’un épisode à l’autre sans m’en rendre compte.

Les loups entre eux s’entendent mieux

Les gens qui habitent Sky castle se scrutent, se jaugent se cherchent sans cesse des failles, sous le vernis apparent de la bonne entente, pour supplanter les uns ou les autres dans le paraître de la réussite sociale. C’est un jeu constant d’affirmation hiérarchique, comme dans une meute. Chaque élément qui bouge ou bascule peut modifier la pyramide. Chaque départ ou nouvel arrivant est une remise en question de l’ordre tacite. C’est un monde feutré très violent.

La chair de ma chair, outil et moyen au service de la réussite

La violence la plus grande qui s’exerce dans ce monde d’hypocrites hautains est celle envers leurs enfants. Sous couvert de la justification la plus courante « C’est pour ton bien », ils leur font subir un stress et une pression énorme, quand ce ne sont pas en plus les violences physiques. Tous ces enfants de riches sont difficiles à regarder sans les prendre en pitié. Seule Kang Ye-seo, la fille qui est pleinement entrée dans le système et veut cette réussite autant que ses parents, ne subit pas cette coercition, du moins au début.

Une histoire cousue main

Le scénario est vraiment super bien ficelé. On entre pas à pas dans la psychologie des personnages pour en découvrir à chaque épisode un peu plus. Les rebondissements sont fréquents, parfois subtils, parfois brutaux, et il ne se passe pas un épisode dans lequel on n’a pas envie de dire whaou! (대박). L’histoire est une vraie grosse réussite, les fils se mêlent et s’entremêlent tout en gardant leur crédibilité.

Les mères de familles

Elles ne travaillent pas, travailler est d’ailleurs un statut qui est mal vu pour une mère dans ce petit milieu. Ce n’est pas pour autant qu’elles sont inactives. Elles se sont dévouées corps et âme à leur famille et surtout à l’éducation de leurs enfants. Elles manient la parole comme un fouet et font filer doux leur maisonnée. De loin, elles pourraient évoquer les Desperate housewives, mais leur soif de réussite sociale atteint des niveaux qui font frémir, surtout pour certaines.

Han Seo-jin est une femme qui fait tout pour survivre selon ses objectifs. Elle l’a déjà fait, s’est élevée au-delà de sa condition, et semble prête à écraser tout et tout le monde pour que sa fille vive l’existence qu’elle a pensé pour elle, peu importent les mensonges et les dégâts. No Seung-hye, la femme du professeur Cha, est peut-être le personnage le plus intéressant parmi les mères, car elle révèle petit à petit sa force, alors qu’elle était plutôt tête de linotte soumise dans les premiers épisodes.
Jin-jin et sa voix criarde est assez marrante et finalement très maternelle.
De manière générale, toutes les mères se transforment en tigresses si on veut toucher à leur progéniture, et ça, c’est universel.

Les pères aux dents longues

Dans Sky castle, ils sont fiers de ce qu’ils sont, ces pères. Ils le font sentir aux autres, ont ce besoin de se vanter avec plus ou moins de subtilité de leur réussite, sans doute parce qu’ils en veulent plus. Et ils s’affichent en vainqueurs, mais au fond ils savent qu’ils ne sont pas arrivés jusque là où ils le voudraient. Leurs enfants représentent leur seconde chance de faire les fiers et d’afficher une réussite sociale encore plus éclatante. Cette déception larvée qu’ils ont d’eux -même les pousse à être encore plus durs avec ceux qui doivent les supplanter pour les faire mieux briller. C’est violent de voir ce qu’ils imposent à la chair de leur chair au lieu de leur donner de l’amour.

Les enfants victimes du système

A différents niveaux, tous ces enfants qui veulent plaire à leurs parents subissent la force d’une société qui érige en modèle la réussite à tout prix.
Kang Ye-seo c’est la bonne élève qui n’arrive pas à s’intégrer à un groupe, et on comprend pourquoi (en clair, elle est chiante), mais pas elle.
Kim Hye-na, c’est la fille qui a une grosse paire de c**. Sans doute un peu trop grosses vu comment les choses finissent pour elle. Malgré tout son courage et sa rancoeur, elle restera une petite fille qui réclame l’amour de son père.
Hwang Woo-joo c’est le gentil garçon aimé de tous qui va se remettre en question autant que les autres après les épreuves traversées.
Les enfants de la famille Cha sont intéressants, avec les jumeaux si dissemblables et l’aînée qui a du caractère.

Un système en pyramide?

Maintenant, chaque fois que vous verrez un métronome en forme de pyramide, vous penserez au professeur Cha…
Dans Sky castle, le système éducatif coréen est pointé du doigt pour les ravages qu’il peut causer dans les familles et sur les enfants. Dans d’autres dramas, ce sera un autre point qui sera dénoncé, celui des étudiants qui s’endettent pour leurs études, et traînent ensuite ce poids derrière eux. Ici, c’est vraiment la pression qui est mise sur les élèves et sur les parents, pouvant amener jusqu’au suicide des uns ou des autres, le besoin de réussite et de reconnaissance engendré par un système en spirale qui se reproduit sur plusieurs générations.
Ce drama est un must watch.

Acteurs:

Les mères

Han Seo-jin/Kwak Mi-hyang : Yum Jung-ah 염정아
Lee Soo-im: Lee Tae-ran 이태란
No Seung-hye: Yoon Se-ah 윤세아
Jin Jin-hee: Oh Na-ra 오나라
Kim Joo-young, la tutrice: Kim Seo-hyung 김서형

Les pères

Kang Joon-sang: Jung Joon-ho 정준호
Hwang Chi-young: Choi Won-young 최원영
Cha Min-hyuk: Kim Byung-chul 김병철
Woo Yang-woo: Jo Jae-yoon 조재윤
Park Soo-chang: Yu Seong-ju 유성주

Les enfants

Kang Ye-seo: Kim Hye-yoon 김혜윤
Kang Ye-bin:  Lee Ji-won 이지원
Cha Se-ri: Park Yoo-na 박유나
Hwang Woo-joo: Kang Chan-hee 강찬희
Cha Seo-joon: Kim Dong-hee 김동희
Cha Ki-joon: Jo Byung-gyu 조병규
Woo Soo-han: Lee Eugene 이유진 (Yoo Jinwoo 유진우)
Park Young-jae: Song Geon-hee 송건희
Kim Hye-na: Kim Bo-ra 김보라

Plus de Sky castle sur le net

Sa page sur Wikipedia (en anglais): https://bit.ly/2TRgAVb
Sa page sur JTBC (en coréen): https://bit.ly/2I3EMRo

Interview

OST de Sky Castle

It Has To Be You (너여야만 해) | SKY Castle OST Part. 3
Ha Jin (하진) – We All Lie | SKY Castle OST Part 4
천단비(Cheon Dan Bi) ‘프린세스 메이커(Princess Maker)’ MV – JTBC ‘SKY 캐슬 OST Part. 1

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *