Once again 한 번 다녀왔습니다

(Last Updated On: 10 avril 2021)

Once again est un drama de 2020 en 50 épisodes.

Le pitch

Dans une famille de vendeurs de poulet frit sur le marché, c’est avec effarement que la mère de famille voit revenir chez elle deux de ses enfants qui viennent de divorcer. Cette situation est une grande honte pour elle.

Heureusement, sa troisième fille a le très honorable statut de médecin et est mariée avec un charmant collègue médecin. Quant à la petite dernière, elle va justement convoler avec un beau parti.
Il y aurait bien là de quoi sauver la face, sauf si ces deux mariage là partaient aussi à vau-l’eau…

Mes remarques, avec spoilers

A la vue du nombre d’épisodes, j’ai dû me motiver pour commencer cette série. Au nombre de 50 avec plus d’1 heure chacun, il vaut mieux être sûr de ne pas se manger une dépression en arrivant au terme de ce marathon.
Armée de courage et me fiant aux excellentes statistiques en nombre de téléspectateurs pour la première diffusion, je me suis finalement lancée, et oh! comme je ne regrette pas! Il y a sans doute eu quelques longueurs de temps en temps, mais c’est surtout du plaisir et de la bonne humeur qui caractérisent Once again.

Vous avez dit soap?

A la manière des soap, ce drama est un peu monté comme une pièce de théâtre. Il y a peu d’extérieurs qui sont filmés, la plupart des situations se passent dans les mêmes lieux, avec des gens qui entrent et sortent d’une pièce centrale, et des claquements de porte.
Comme dans les soaps, on suit alternativement les histoires de plusieurs couples, et on a toujours envie de voir la suite, surtout les passages qui touchent notre personnage préféré.
Les gens sont globalement bienveillants, et les méchants deviennent gentils ou disparaissent de la série. C’est pratique.

| KBS

Les vieux

Les parents de ce joli petit monde de Once again sont un couple qui avance dans l’âge, main dans la main. Ils ont l’air d’avoir un bon équilibre, et fonctionnent sur leur routine.
– Lui est très près de ses sous. La première fois j’étais outrée qu’il demande à ses enfants de lui rendre l’argent qu’il leur avait donné la veille et qu’en plus ils se laissent faire. Mais la fois suivante, après avoir appris à connaître le personnage, c’était drôle.

– Elle est très protectrice envers ses enfants, même un peu trop, dans le genre maman poule énervée. Évidemment elle veut ce qu’il y a de mieux pour eux, et surtout ce qui lui convient à elle. Elle est gentille mais parfois un peu hystérique et s’emballe vite. Elle est très à cheval sur ce qu’on dira d’elle et de sa famille, et se faire pointer du doigt à cause de ses enfants divorcés, de manière qui sous-entend qu’il y a eu un problème dans leur éducation, la mine complètement. Avoir 4 enfants divorcés, c’est un drame terrible et honteux pour elle.

Le divorce

Le sujet du divorce, encore sensible en Corée, est abordé sous l’angle de la comédie.
Vu d’ici, je pourrais avoir du mal à comprendre le problème. Un divorce? Ben et alors?? Je connais un tas de gens divorcés, et franchement tout le monde s’en fiche.

Mais je peux comprendre que les choses soient différentes ailleurs. Ma propre histoire familiale m’a enseigné qu’il n’en allait pas de même dans la France d’il y a peu: L’une de mes grand-mères a divorcé dans les années 50. Pour sa génération, c’était inhabituel et inconvenant. Lorsqu’un jour mon autre grand-père a été interrogé sur le mari de celle-ci, il a tout bonnement inventé sa propre version: il a déclaré que celui-ci était tombé dans les tranchées. D’une pierre deux coups: une mort honorable et un divorce proprement enterré, dans la France du siècle dernier.

Le couple de médecins

Ceux que l’on voit le plus, ce sont les deux médecins pédiatres Song Na-hee et Yoon Gyu-jin .
Song Na-hee est une femme casse-pieds. Froide, rigide, peu empathique, elle trace sa route. Insatisfaite de son mariage, elle y met fin. C’est aussi simple que cela.
Son divorce lui apprend paradoxalement à devenir humaine. Elle finit par se poser les bonnes questions et à s’adoucir.
Son mari Yoon Gyu-jin fait le même chemin, et c’est ce qui leur permet de se rejoindre en cours de route et de se retrouver.

Les empêcheurs de tourner en rond

Ils sont peu nombreux et pas bien méchants.
Le « docteur Mamour » est pour moi le plus agaçant. Il poursuit Song Na-hee de ses assiduités alors qu’il voit bien qu’elle est complètement sur la réserve. Je le trouve trop insistant, trop pot de colle. C’est le genre qui pourrait s’imposer. Heureusement, c’est un gentil drama plein de personnages positifs.
Le premier amour de Yoon Gyu-jin est « gna-gna-gna-j’ai-mon-air-triste-prenez-soin-de-moi ». ça gave. Le personnage est sans intérêt.

L’ex-mari de Song Ga-hee est juste une tête à claques. On n’a pas envie de le voir, il a même dû gaver son propre scénariste, qui oublie en cours de route de le faire revenir.
L’arnaqueuse est aussi sans intérêt. Next.
Choi Ji-won, l’étudiant amoureux de Song Da-hee est le plus intéressant. Il avait un bon potentiel pour être un méchant psychopathe harceleur. Son double jeu et son opposition du départ étaient très crédibles, il y aurait eu une carte à jouer avec ce personnage.

| KBS

La belle-mère excessive

Elle est vraiment pénible Choi Yoon-jung, la mère du pédiatre et du dentiste. Elle use et abuse de la gentillesse de ses fils, se cachant derrière son veuvage pour justifier ses excès. On comprend qu’elle se sente seule, mais elle devrait se trouver des copines plutôt que de débarquer à toute heure chez ses fils et de vouloir imposer ses vues.
Ses fils finissent la larme à l’œil par la plaindre pour sa solitude, certes réelle, moi je vois surtout que c’est son comportement de m** qui a éloigné les gens d’elle.

Mes couples préférés

Le dentiste et l’étudiante sont trop choupinous. Ils ont le même humour et finissent par se ressembler. En plus vu de France, on ne voit pas bien quel est le problème à se marier entre beaux-frère et belle-sœur.

Song Ga-hee et le judoka ont créé une attente chez moi. Le beau gosse livreur est devenu cascadeur, suite à quoi plus personne ne livre de poulet. Pas de problème côté scénario? Tout le monde s’en fout? Bon ben ok.
La thématique de la différence d’âge, d’ailleurs plus ou moins reprise dans l’inutile pseudo-romance de la dame aux gimbap, n’est pas creusée plus que cela, car le couple ne se déclare jamais officiellement.
Le duo  Song Ga-hee/  Park Hyo-shin reste mon plus gros regret dans ce drama. J’aurais vraiment aimé que leur relation soit plus approfondie, qu’on les voit plus à l’écran, que le scénario creuse leur histoire, aussi bien leur amour, leurs différences, que la thématique de la famille recomposée.

La dame aux gimbap

Bonne vivante, Kang Cho-yeon a la force d’une survivante. Déterminée à tracer sa route coûte que coûte, elle ne s’en laisse pas conter. Elle sait aussi mettre de l’eau dans son vin et venir en aide aux autres. Les retrouvailles avec son frère sont un peu longues à venir dans les épisodes autour de l’arnaqueuse, mais le cheminement qui les amène l’un à l’autre est bien fait.

Et le bus passa

Certaines transitions entre des scènes se manifestent par une ou deux secondes de vue générale sur une ville, de nuit, à un carrefour, avec des feux et des voitures. C’est une ambiance circulation dense, avec un bruit de klaxon pour faire bonne mesure.

Le problème c’est qu’il n’y a pas sur ces quelques images que des voitures que l’on pourrait confondre les unes avec les autres, anonymes dans leur horde de boîtes de métal. En plus, il y a un bus. Un gros bus avec son enseigne lumineuse. Et à cause de ce bus, on se rend compte que cette scène de transition est toujours la même. Pendant 50 épisodes. Ils auraient pu filmer quelques minutes et découper la scène pour varier. Mais non. On nous inflige plus de 50 fois le même bus, et le même bruit de klaxon. Il m’est tellement sorti par les trous de nez ce bus, je vous jure, j’en ai fait une overdose. (Désolée, c’était ma minute pleurnicherie).

Les enfants acteurs sont formidables

La jeune Lee Ga-yeon, qui joue la fille aînée de Song Joon-sun, met une fraîcheur et un entrain dans son jeu qui font sourire.
Quant au tout jeune Moon Woo-jin, qui est le fils de Song Ga-hee dans la série, il est tout bonnement excellent. Je l’avais déjà remarqué dans d’autres séries, mais pas à ce point. Qu’est-ce qu’il joue bien ce garçon! Né en 2009, il a 11 ans au moment du tournage. Les émotions et le naturel qu’il arrive à faire passer à son si jeune âge sont épatantes.

Once again présente des tranches de vie d’une famille formidable, autour d’un marché peuplé de gens attachants, avec un scénario toujours léger et humoristique, des moments de tendresse et plein d’amour à partager.

Acteurs

le père Song Young-dal: Chun Ho-jin 천호진
la mère Jang Ok-boon: Cha Hwa-yeon  차화연

la fille pédiatre Song Na-hee: Lee Min-jung 이민정
le mari pédiatre Yoon Gyu-jin: Lee Sang-yeob 이상엽

le fils cascadeur Song Joon-sun: Oh Dae-hwan 오대환
la fille aux longs cheveux Song Ga-hee: Oh Yoon-ah 오윤아

la fille qui reprend des études Song Da-hee:  Lee Cho-hee 이초희

le fils de Son Ga-hee, Kim Ji-hoon: Moon Woo-jin 문우진
la fille aînée de Song Joon-sun, Song Seo-young: Lee Ga-yeon 이가연

la mère du pédiatre Choi Yoon-jung : Kim Bo-yeon 김보연
le frère du pédiatre Yoon Jae-seok: Lee Sang-yi 이상이

la sœur du père Kang Cho-yeon: Lee Jung-eun 이정은
l’étudiant Choi Ji-won: Kang Chan-hee 강찬희

le cascadeur Oh Jung-bong: Oh Eui-shik 오의식
le cascadeur Lee Jong-soo: Jang Won-hyuk 장원혁
le livreur de poulet cascadeur Park Hyo-shin: Ki Do-hoon 기도훈

Plus de Once again sur le net:

Sa page sur Wikipedia (en anglais): https://en.wikipedia.org/wiki/Once_Again_(South_Korean_TV_series)
Sa page sur KBS (en coréen): http://program.kbs.co.kr/2tv/drama/onceagain/pc

Interview

| KBS Drama – Once again

OST

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *