It’s okay to not be okay 사이코지만 괜찮아

2020, 16 épisodes

Le pitch:

Moon Gang-tae est un aide-soignant qui a à sa charge son frère aîné autiste. Il a mis sa vie entre parenthèses pour s’occuper de celui-ci.
Moon Sang-tae, 35 ans, fait une fois par an des crises car il est victime d’un traumatisme: sa mère a été assassinée devant ses yeux. Depuis, il a peur des papillons, qui dit-il vont venir le tuer lui-aussi. Tous les printemps, lorsqu’il se met à rêver de papillons, les deux frères déménagent pour fuir.


Ko Moon-young est une auteure de contes pour enfants à la personnalité pour le moins difficile: râleuse, hautaine, agressive, sociopathe. Elle aussi a été traumatisée étant enfant.
Lorsque sa route croise celle de Moon Gang-tae, elle décide qu’ils sont faits l’un pour l’autre.
Encore faudrait-il qu’il soit d’accord, qu’elle n’ait pas de concurrente, que le père de Ko Moon-young arrête d’essayer de l’étrangler, qu’elle adoucisse ses manières et que Moon Sang-tae soit d’accord avec cette relation.

Trailer Netflix
Trailer Netflix

Mes remarques, avec spoilers:

It’s okay to not be okay est un drama magnifique, aux réflexions profondes sur la santé mentale et sur le partage d’amour. C’est aussi bourré d’humour, avec une très belle romance; ce drama apprend à s’ouvrir aux autres.

L’actrice Seo Ye-ji est absolument formidable.

J’avais vu Seo Ye-ji  en princesse froide dans Hwarang, sans qu’elle m’ait fait impression. Je la retrouve 4 ans plus tard, transformée en femme épanouie et éblouissante. Elle incarne son personnage avec un aplomb renversant. Sa présence transperce l’écran, elle vit jusqu’au fond de son être cette femme toute en noirs et blancs.
Ne nous voilons pas la face, Ko Moon-young est complètement barrée!! Les gens parfaitement équilibrés attaquent rarement les autres avec leur couteau de restaurant. Elle est rentre-dedans, excessive et merveilleusement flamboyante. Avoir une Ko Moon-young dans sa vie doit être assez fatigant, mais elle est un vrai bol d’air.

Un homme sans vie dans les yeux

Moon Gang-tae est un homme fatigué moralement, cramé par la vie. Ses jours se ressemblent, il met un pied devant l’autre et gère les problèmes comme ils arrivent. Il aime son frère, mais c’est son fardeau.
Avec Ko Moon-young, il réapprend à vivre, à respirer au contact de cette grande folle. Lui qui avait oublié de sourire retrouve ses rêves et sa bonne humeur quand il est avec elle.
Ensemble, ils partagent de petits moments si anodins, mais finalement si tendres et intimes, comme prendre leur petit déjeuner ou se couper les cheveux. Les deux se soignent mutuellement.

La santé mentale dans un hôpital à taille humaine

Diverses pathologies plus ou moins lourdes sont dépeintes au cours des épisodes de It’s okay to not be okay, avec des acteurs au top, dans une ambiance humaine et bienveillante. On a droit à un Kwak Dong-yeon déchaîné dans son cameo des épisodes 3-4. On a aussi l’acteur Oh Jung-se, qui peint avec délicatesse l’autisme de Moon Sang-tae, en allant chercher des comportements, des façons de parler et des regards pour un rendu très juste.
Grâce à lui on s’attache à Moon Sang-tae, on a envie de le protéger. Ses propos sans filtre, en sincérité brutale, sont une autre façon d’aborder la vérité, finalement pas si loin de ceux de Ko Moon-young, qui parfois gifle à coups de franchise.

La faute des ancêtres

Il n’est pas rare qu’un kdrama aborde le sujet d’une faute grave commise par un parent/grand-parent, et du descendant qui va devoir expier. Dans It’s okay to not be okay aussi. La faute parentale est portée par la fille, qui s’en veut alors qu’elle n’y est pour rien.
Mais ici, les personnages entrent dans la modernité et intègrent le fait que l’enfant n’est en rien coupable des péchés de ses parents, même si moralement il peut en ressentir le poids.
Chaque personnage apprend à grandir durant les 16 épisodes du drama.

Une foule de détails émaillent la série

L’attention est donnée aux petits détails, comme la peluche dinosaure ou Mang-tae l’attrape-rêves, qui est devenu un symbole repris par les fans du monde entier. Les images et décors sont soigneusement recherchés, notamment l’univers baroque du château maudit de Ko Moon-young, ou les tenues extravagantes de celle-ci.
Chaque épisode traite d’un conte, en lien avec l’histoire, tissant un fil rouge avec les contes de Ko Moon-young.

Les personnages secondaires sont aussi des atouts puissants: le directeur de l’hôpital, Ju-ri et sa mère si empathique, l’ami de Moon Gang-tae, l’éditeur… autant de seconds rôles qui portent la série pour qu’elle forme un tout bien construit.
Les dialogues sont forts, et je ne doute pas que certains vont rester marqués dans les esprits.

Acteurs:

Moon Gang-tae: Kim Soo-hyun 김수현
Ko Moon-young: Seo Ye-ji 서예지
Moon Sang-tae: Oh Jung-se 오정세
Nam Ju-ri:  Park Kyu-young 박규영

The swoon – Behind the scenes

La page de It’s okay to not be okay sur Wikipedia (en anglais): https://en.wikipedia.org/wiki/It%27s_Okay_to_Not_Be_Okay 

It’s okay to not be okay sur TvN (en coréen): http://program.tving.com/tvn/tvnpsycho/5/Board/List

On a un original soundtrack particulièrement réussi, avec de nombreuses chansons qui l’on retrouve tout au long de la série et qui vont vous marquer.

OST Sam Kim(샘김) – Breath(숨)
OST Heize(헤이즈) – You’re Cold (더 많이 사랑한 쪽이 아프대)
Elaine – Wake Up (It’s Okay to Not Be Okay OST part 9)
OST Park Won(박원) – My Tale
OST Yongzoo(용주) – Puzzle(퍼즐)
Partager

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *