Itaewon class

Itaewon class이태원 클라쓰

2020, 16 épisodes

Le pitch

Alors qu’il n’a fait que défendre un élève harcelé, Park Seroyi est renvoyé de son lycée. Le coupable n’est autre que Jang Geun-won l’intouchable fils du puissant groupe Janga, devant lequel Park Seroyi refuse de courber l’échine.
En plus, à cause de ce refus, le PDG de Janga licencie aussi son père.
Alors que père et fils Park se relèvent ensemble et font face à ces injustices, le père de Park Seroyi décède dans un accident de la route avec délit de fuite.
Le coupable n’est encore une fois autre que Jang Geun-won. Et à nouveau le PDG du groupe Janga couvre l’affaire et c’est Park Seroyi finit en prison.
Il jure de se venger.

Mes remarques, avec spoilers

Une histoire de vengeance. Mais surtout une histoire de jeunes gens qui grandissent et deviennent des adultes. Avec un message fort, celui de suivre son chemin en restant soi-même, avec des valeurs. Ces êtres se construisent jour après jour, surmontant les obstacles sans jamais lâcher prise, et le drama distille des leçons de vie tout au long des épisodes.
Un mix excellentissime.

Des acteurs au top

Rien à redire sur le jeu des uns et des autres. L’actrice Kim Da-mi affiche une forte présence à l’écran, d’autant plus que son rôle est celui d’une femme déterminée qui ne s’en laisse pas conter.
L’acteur Park Seo-jun est impressionnant. Il est chaque seconde dans son rôle. En immersion complète dans son personnage, ses expressions faciales sont justes et fascinantes.

Les Janga

Les Janga sont une sale famille. La seule chose que l’on peut laisser à la décharge du fils aîné c’est qu’il a eu un modèle paternel déplorable, et encore le mot est faible. Le coup du poulet tué à mains nues est particulièrement marquant.
Le cadet Jang Geun-soo s’en sort mieux, malgré une période d’égarement. Il a le même père que Jang Geun-won, mais fait d’autres choix.

DanBam

L’équipe du bar a été soigneusement scénarisée, appuyant sur la force de la diversité et sur la complémentarité de ces personnes dont aucune au départ n’est parfaitement intégrée dans la société. Ce bar est pour eux une chance sociale, et en même temps on les voit apprendre à composer au sein de leur groupe pour ne former plus qu’un bloc uni. Jo Yi-seo atténue son côté sociopathe, Choi Seung-kwon apprend à gérer sa colère et à tolérer le choix de Ma Hyeon-yi. Tous grandissent ensemble.

La tolérance, la confiance… sans excès

Park Sae-ro-yi fait confiance aux gens et à son instinct. Il ne voit les autres que par leurs actions, pas par ce qu’ils représentent pour la société. Pour lui un ancien détenu a la même valeur que le fils d’un pdg ou une personne transgenre. Il est ouvert et bienveillant. Sans pour autant se laisser faire.
J’adore le moment où le vieux Jang, qui n’a plus rien à perdre, le supplie à genoux, et que Park Saeroyi lui répond avec politesse qu’il peut s’enfoncer ses excuses en bois dans le fondement. Bra-vo !

Image JTBC

L’obstination

Il y a beaucoup de personnages déterminés jusqu’à l’obstination dans ce drama.
Jo Yi-seo est décidée à aimer Park Saeroyi, peu importe les années qui passent.
Park Saeroyi est ultra obstiné. Sa vengeance est jusqu’auboutiste, il ne se satisfait pas de demi-mesures, quels que soient les obstacles. La seule victoire qu’il veut est totale. Seules les menaces sur ses proches pourront le faire revoir sa copie.
Moi aussi je reste constante : je n’aime pas Oh Soo-ah du début à la fin. Je ne suis pas sujette à des changements d’humeur à son sujet, je reste sur ma position de rejet. Elle a fait toutes les basses besognes du PDG (le bonsaï en cadeau, c’est quand même le pompon) et a tenu Park Saeroyi en laisse en le faisant espérer, je suis ravie qu’il se soit lassé de sa toquade.

Un drama porteur d’espoir

Souvent les dramas sont porteurs de leçons de vie en filigrane ; celui-ci enseigne beaucoup : chacun est libre de tracer son chemin, de prendre ses propres décisions, de faire ses propres choix, de s’extraire de son passé ou de son entourage et d’être fier de ce qu’on est.

Image Netflix

Ce drama est l’adaptation d’un webtoon du même nom.
Cerise sur le gâteau, du beau monde sur l’OST (V, Gaho, Verivery…)

Sweet night – V – OST part 12
Start – Gaho – OST part 2

Acteurs

Park Saeroyi : Park Seo-jun 박서준
Jo Yi-seo : Kim Da-mi 김다미
Jang Dae-hee : Yoo Jae-myung 유재명
Oh Soo-ah : Kwon Nara 권나라
Choi Seung-kwon : Ryu Kyung-soo 류경수
Ma Hyeon-yi : Lee Joo-young 이주영
Kim Toni : Chris Lyon
Jang Geun-soo : Kim Dong-hee 김동희
Jang Geun-won : Ahn Bo-hyun 안보현

Partager

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *