Illang - Image Netflix

Illang : la brigade des loups 인랑

Illang : la brigade des loups 인랑

Illang, un film de Kim Jee-woon 김지운, 2018, 138 minutes

Le pitch

Dans un monde où les deux Corée tentent de s’unifier, des opposants à la paix viennent interférer, qu’il s’agisse de puissances étrangères ou de rebelles internes.
Une brigade spéciale de super soldats est créée pour maintenir l’ordre.
Un incident lors d’une intervention va amener à la mort de jeunes filles, traumatisante pour le groupe.
Im Joong-kyung est l’un de ces soldats. Alors qu’en mission il se retrouve à nouveau devant une jeune fille qui transporte une bombe, on lui demande ensuite d’aller rapporter le carnet personnel de la morte à sa seule famille, une soeur.

Mes remarques, avec spoilers

De l’esthétique

Le film est très soigné au niveau esthétique. Il y a une recherche sur les lumières et les couleurs, en raccord avec les décors.
Le son des respirations des soldats de la brigade, leurs seuls yeux rouges qui paraissent dans le tunnel noir, les bruits de l’eau, des pas, on voit que tout est étudié. Le résultat est harmonieux, c’est un tout qui contribue à l’ambiance.

Un grand fouillis

Honnêtement, je n’ai pas tout compris du pourquoi du comment, de qui est vraiment méchant, de qui est avec qui, qui trahit qui…
L’entrée en matière avec un voix off qui explique la situation politique est un peu rude pour commencer à appréhender le contexte. Au fur et à mesure du déroulé de l’histoire, je crois que j’ai pourtant fini par maîtriser cet aspect.
Par contre, le fait de comprendre à quelle faction appartiennent les différents protagonistes a été encore plus difficile. Les imbrications des gens, des structures, les interconnexions, j’ai sombré.
En bref, on veut piéger le super soldat Im Joong-kyung (je ne sais pourquoi) et il doit se sortir de là.

Une romance?

Alors non. Plutôt une attirance douloureuse.
Les héros masculin et féminin se rencontrent et communiquent par des regards. Il y a peu de mots entre eux, à part des mensonges et l’histoire du chaperon rouge, érigée en métaphore et soutenue par le manteau de Lee Yoon-hee.
Pourtant, dans cet univers aux couleurs sombres, les acteurs arrivent à rendre le courant qui passe entre eux. Leurs regards étonnés, curieux ou douloureux suffisent à créer le lien; ils peuvent tout à la fois se trahir et se faire confiance.

Image © Netflix

De l’action esthétique

L’action et les combats font aussi partie de cette recherche esthétique. La première scène d’entraînement est là pour poser les capacités du héros, qui peut jouer seul contre tous, si son point faible ne surgit pas. Comme dans un cycle, le fil de sa vie se passe aussi à combattre seul, avec la fille en manteau rouge comme talon d’Achille.
Au fait, pourquoi sur la fin les autres loups lui livrent son costume de super héros puis le laissent se débrouiller comme un grand contre la horde de gens qui veulent le piéger? C’est tout juste s’ils n’ont pas sorti le barbecue et le soju en attendant à la surface de voir s’il allait ressortir vivant.

La dernière image est pour moi cryptique. Passé? Présent? Futur? Rêve? Le fait que Im Joong-hyung ait remis sa veste à col peau de mouton ne m’aide pas à éliminer des hypothèses.

Ce film est une adaptation basée sur l’œuvre du japonais Mamoru Oshii.

Au final, moi j’ai bien aimé.

© Netflix

Acteurs

Im Joong-kyung: Gang Dong-won 강동원
Lee Yoon-hee: Han Hyo-joo 한효주
Jang Jin-tae: Jung Woo-sung 정우성
Han Sang-woo: Kim Mu-yeol 김무열
Kim Cheol-jin: Choi Min-ho 최민호

Plus d’Illang sur le net

Sa page sur Wikipedia (en anglais): https://bit.ly/32YiLLJ

Interview

The Stars of « Illang: The Wolf Brigade » [Entertainment Weekly 2018]
[Showbiz Korea] Gang Dong-won (강동원) is on the borderline of being a wolf and a man

Behind the scenes

[인랑] 캐릭터 영상

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *