Hwarang

Hwarang 화랑

2016-2017, 20 épisodes

Le pitch

Chien-oiseau, un jeune paysan en quête de vengeance pour le meurtre de son meilleur ami se fait passer pour celui-ci, obtenant ainsi un père, une sœur, et la possibilité d’intégrer les Hwarang, une troupe d’élite destinée à protéger le roi. Or ce que Chien-oiseau veut, c’est tuer ce roi, qui est responsable de la mort de son ami.
Pendant ce temps, le prétendant au trône Jinheung vit en se cachant de tous, alors que sa mère la reine dirige le pays sans donner l’impression de vouloir lui passer la main. Lui aussi intègre les Hwarang incognito.
Les intrigues de la cour pour prendre le pouvoir sont nombreuses, et les personnages féminins sèment le trouble.

Mes remarques, avec spoilers

Quel excellent casting ! Les hwarang sont à croquer, on les adore presque tous.
Aussi bien le scénario que la réalisation ont su faire la place à nombre d’entre eux pour qu’on ait le temps de les connaître et les apprécier, ce qui n’était pas évident avec autant de personnages et cette tripotée de beaux et talentueux acteurs.

La difficile naissance d’un groupe

Entre les Hwarang, qui pour la plupart ne désiraient pas être là, la cohabitation s’avère dans un premier temps difficile. Toute une partie de la saveur de ce drama se fait autour de ce groupe qui évolue pour s’unir. Les amitiés se révèlent, des inimitiés se transforment, des liens se nouent et les personnages évoluent. Ce sont ces relations mouvantes dans le groupe qui, au-delà de la trame du drama, donnent un beau liant à l’histoire.
On note la très belle mort de V.

Les deux cousins

Même les deux cousins Kim Soo-ho et Park Ban-ryu qui se détestent et œuvrent jusqu’au bout pour des vents contraires trouvent une forme respect mutuel et de status quo pour cohabiter.
La romance entre Park Ban-ryu et la sœur de Kim Soo-ho est touchante ; c’est d’ailleurs à travers elle que j’ai commencé à apprécier le personnage de Park Ban-ryu, qui montre son côté humain et sensible. Le pauvre garçon n’a pas une histoire familiale facile, et les attentes posées sur ses épaules sont bien lourdes.

Image KBS

La bromance entre Chien-oiseau et le roi

Ces deux-là s’apprécient chaque jour un peu plus, alors même que chacun de son côté voit des raisons de détester l’autre.
Plus d’une fois ils pourraient régler leurs comptes, mais l’un comme l’autre font mine de rien, se tournent autour, et continuent à agir comme les amis qu’ils sont. C’est marrant de les voir, surtout Chien-oiseau, s’escrimer à mettre un frein à cette amitié pourtant forte et incontournable.
Comme on les aime tous les deux, on est un peu partagé entre qui doit gagner le cœur de la fille, mais bon, on sait bien qui va l’emporter, elle n’a pas les sentiments versatiles.
Si vous avez envie de vous plaindre de ce nom de chien-oiseau, un peu pénible à prononcer, pensez à quel point il sonne mieux en Coréen : 개 새 (Kè Sè) ; court, efficace, percutant, tout comme son personnage.

Les pères et mères

Comme souvent dans les dramas coréens, le poids de l’attente familiale envers leurs rejetons est énorme. La reine est ici en mère sans cœur et castratrice. Pour mémoire, elle tue quand même sa meilleure amie enceinte de sa propre main, c’est pas les trois larmes qu’elle verse pour l’occasion qui vont la rendre humaine. Les pères des hwarangs sont des opportunistes ambitieux, cupides, calculateurs, et pour certains prêts au pire.
L’accès au pouvoir et l’accumulation de richesses les obnubile, le père de Suk Han-sung en paiera le prix fort. Leurs enfants vont devoir batailler dur pour se défaire de ce poids trop lourd et être en paix.

La reine et le médecin

Alors si j’arrive à tout suivre, ils s’aimaient et elle l’a quitté en lui brisant le cœur ; faut croire qu’elle préférait épouser un roi, c’est plus classe. Ensuite quand lui se marie, elle fait tuer sa femme et enlever son fils. Ah, sympa la donzelle. Deux décennies plus tard, elle lui fait du chantage, veut plusieurs fois tuer ses enfants, et lui demande d’être son médecin personnel et de l’aimer à nouveau. Bien bien bien… Elle a craqué du cerveau ? Elle l’a pris pour un saint tout droit descendu du Ciel ? Moi j’hésite juste sur le genre de torture à lui infliger, mais ce n’est que mon avis.

Hwarang sur KBS2 : http://program.kbs.co.kr/2tv/drama/hwarang/pc/index.html

Acteurs

Kim Sun-woo / chien-oiseau : Park Seo-jun 박서준
Kim Ah-ro : Go Ara 고아라
Roi Jinheung : Park Hyung-sik 박형식
Kim Soo-ho : Choi Min-ho 최민호
Park Ban-ryu : Do Ji-han 도지한
Suk Han-sung : Kim Tae-hyung (V) 김태형
Kim Yeo-wool : Jo Yoon-woo 조윤우

Partager

About the author

Esther JULES
https://nuitscoreennes.estherjules.fr/a-propos/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *